Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #la preparation du bateau tag

Réparations diverses

26 Juin 2019 , Rédigé par Jeannine et Claude Publié dans #La préparation du bateau

je l'ai souvent écrit, le bricolage ne manque pas sur un bateau !

Après le démontage du rail d'écoute de GV, vient le moment des réparations.

Nous avons ramené tout le matériel en Ardèche pour pouvoir travailler avec tous les outils nécessaires.

J'ai poncé le rail et après avoir mastiqué les parties du dessous qui étaient abimées, j'ai appliqué une belle laque automobile pour lui redonner un coup de jeune ! Le rail est solide et fera encore de belles navigations pendant plusieurs années.

Le démontage complet du chariot n'a pas posé de problème, il faut tout mème faire attention aux galets à aiguilles qui ne sont pas sertis et peuvent perdre facilement leurs aiguilles de roulement. J'ai contacté la société qui va me refaire les réas de poulie, cela ne semble pas leur poser de problème. C'est un vrai soulagement pour moi, sinon je crois bien qu'il m'aurait fallu changer tout le système d'écoute de GV, et là on n'était plus dans le même budget.

Tout réviser, j'ai démonté également les coinceurs. Le premier s'est laissé faire relativement facilement, le deuxième impossible à démonter. C'est une nouvelle fois les vis et ce foutu couple inox / alu qui en est la cause !

Un ami garagiste près de chez nous  a réussi à sortir ces satanés vis en chauffant, au chalumeau, la pièce en aluminium. Cela parait simple de l'écrire mais je peux vous certifier qu'il a du batailler et rester vigilant pour ne pas détériorer le bloqueur.

Toutes ces pièces ont reçu un vrai refit avec ponçage, peinture, graissage et nouvelles vis, on dirait que ces bloqueurs sont neufs !

Lors du remontage du rail sur le bateau, j'en couperai un morceau pour permettre de sortir les embouts et le chariot, sans avoir à tout démonter à l'intérieur comme cette fois-ci !

Jeannine a profité de ce retour à la maison pour passer à la machine à laver l'écoute de GV, les bosses du rail et celle du hale-bas.

Quand à moi, j'ai taillé toutes les lattes de teck qui seront changées.

Maintenant il me reste à retrouver notre bateau pour réinstaller le tout, d'ici une semaine je pense.

 

les bloqueurs, j'ai changé les vis pour des tête à six pans
les bloqueurs, j'ai changé les vis pour des tête à six pans
les bloqueurs, j'ai changé les vis pour des tête à six pans
les bloqueurs, j'ai changé les vis pour des tête à six pans

les bloqueurs, j'ai changé les vis pour des tête à six pans

le rail d'écoute avant et après !
le rail d'écoute avant et après !
le rail d'écoute avant et après !
le rail d'écoute avant et après !

le rail d'écoute avant et après !

taillage des lattes de teck
taillage des lattes de teck

taillage des lattes de teck

Voir les commentaires

Toilette annuelle pour Gwendal !

25 Mai 2019 , Rédigé par Jeannine et Claude Publié dans #La préparation du bateau

Après avoir annulé notre sortie de l'eau du 25 avril, pour cause de tempête, ce samedi 18 mai à 7h45, nous quittons notre emplacement pour rejoindre en marche arrière la darse du travelift.

Il fait beau, il n'y a pas de vent et l'eau du port est lisse comme un lac !

Nous nous amarrons dans la darse, en attendant le travelift, je démonte le pataras, j'ai conservé les bastaques quand j'ai refait le gréement, objectivement c'est rassurant d'avoir ces deux câbles pour maintenir le mât. J'ai démonté aussi la sonde de vitesse et de profondeur pour éviter que la sangle de portage viennent l'écraser !

Vers 8h30 Gwendal est soulevé et quitte l'eau, je ne sais pas pourquoi, mais j'aime ce moment ou l'on voit ce bateau s'envoler !

Après avoir calé Gwendal dans les bers, le travail de carénage commence à proprement parler.

Nous commençons par nettoyer la coque avec le nettoyeur à haute pression. Nous nous partagerons ce travail avec mon fils Sébastien qui, fidèle, nous a rejoint. Jeannine comme à son habitude va nettoyer l'arbre et l'hélice, elle est devenue une vraie spécialiste.

Sébastien et moi démontons les anodes et les hélices du propulseur pour passer de l'antifouling dans le tube et sur les pales.

Lors de cette sortie de l'eau il est aussi prévu que le chantier AM Composite finisse la jupe.

Le patron du chantier arrive en début d'après-midi, nous l'aidons à monter son échafaudage. Il va mastiquer le fond de la jupe, passer un apprêt et pour finir peindre. Nous convenons que le bateau doit être remis à l'eau le jeudi suivant, charge à lui de finir en temps et heure.

J'ai prévu de passer l'antifouling le dimanche matin, ce samedi après-midi, nous préparons le bateau avec un peu de masticage et surtout la pose du scotch pour protéger la coque.

Cette année, j'ai changé de marque d'antifouling, j'ai pris la marque Big Ship. On verra, à la prochaine sortie, son efficacité.

Pour le prochain carénage nous ferons appel à une société pour réaliser un hydrogmmage de la coque et de la quille. Au fil des années on a cumulé les couches d'antifouling et il est temps d'alléger Gwendal !

Dimanche matin, on commence par remonter les hélices du propulseur et les anodes. Puis on se répartit les tâches pour l'antifouling, Jeannine va peindre la quille et le safran, Sébastien et moi la coque. Nous mettons 3 heures pour passer une couche, sans compter le Vélox pour l'arbre et l'hélice du moteur.

En fin d'après-midi nous abandonnons Gwendal, Sébastien rentre à Toulon et nous direction l'Ardèche. J'ai hâte de revenir pour voir la jupe enfin finie.

Nous sommes de retour aux Saintes Maries de la Mer le jeudi soir, le chantier m'a demandé de retarder notre venue pour être sûr que la peinture de la jupe soit sèche.

La jupe est superbe.

Vendredi matin, le travelift vient nous prendre à 8 heures, il n'y a pas un souffle de vent. Le temps de remonter le pataras et de mettre le moteur en marche, Gwendal glisse dans le port jusqu'à sa place.

 Nous en profitons aussi, pour remonter la capote de descente que nous avions enlevé à cause des gros coups de vent.

Ce week-end c'est le pèlerinage des Gitans avec Sainte Sara. Ils sont environs 10 à 15000 venus des quatre coins de la France et de l'étranger. Les guitares résonnent partout en ville, c'est vraiment sympa ! Mais nous ne resterons pas avec cette foule.

Samedi nous quittons les Saintes pour rentrer chez nous, on revient jeudi prochain pour naviguer cette fois ci.

 

 

 

 

 

Toilette annuelle pour Gwendal !
Sébastien, Jeannine et moi
Sébastien, Jeannine et moi
Sébastien, Jeannine et moi

Sébastien, Jeannine et moi

le travail sur la jupe avant peinture
le travail sur la jupe avant peinture

le travail sur la jupe avant peinture

Gwendal retourne à l'eau
Gwendal retourne à l'eau
Gwendal retourne à l'eau

Gwendal retourne à l'eau

la superbe jupe, il me faudra repeindre le tableau arrière !
la superbe jupe, il me faudra repeindre le tableau arrière !
la superbe jupe, il me faudra repeindre le tableau arrière !

la superbe jupe, il me faudra repeindre le tableau arrière !

Voir les commentaires

Coups de vent interminables sur la Camargue !

11 Mai 2019 , Rédigé par Jeannine et Claude Publié dans #La préparation du bateau

Tous les week-end se suivent et se ressemblent de trop !

Nous subissons sur le delta du Rhône le mistral quasiment en continu depuis plusieurs semaines.

Ces coups de vent à répétition nous ont obligé à repousser notre mise à terre pour le carénage annuel, il y avait un vent avec des rafales à 35 nœuds et pour arranger le tout, la pluie !

Nous devrions sortir de l'eau Gwendal le 17 mai, juste avant le pèlerinage des gitans aux Saintes Maries de la mer qui aura lieu le week-end suivant. Il me tarde aussi de voir achevé la réfection de la Jupe.

Ce 11 mai nous sommes à bord, en arrivant au bateau, nous avons constaté qu'une amarre avait cassée sur l'arrière suite au très gros coup de vent de la semaine passée.

On est jamais assez prudent, toutes mes amarres sont doublées, ce qui a permis au bateau de rester sécurisé avec sa deuxième amarre !

Pour ne pas échapper à la règle, la météo nous annonce un avis de grand frais, 6 à 8 Bft de nord-nord-ouest pour ce samedi.

Quelques petits bricolages sont au programme.

N'ayant pas réussi à changer le câble du micro de ma VHF, je l'ai expédié en SAV chez Nauticom, je l'ai posté le vendredi d'Ardèche pour le Finistère et je l'ai récupéré le lundi, incroyable ! je n'en revenais pas en recevant le colis.

J'ai remonté la VHF et fait les essais, réceptions et appels, tout fonctionne à merveille.

J'ai aussi changé les robinets des lavabos des cabines arrières, il fallait trop serrer, les anciens, pour éviter qu'ils fuient. Nous avions évité de peu une inondation dans une des cabines ! Voilà c'est une bonne chose de faite et nous gagnons un peu plus de sérénité.

Le reste de ce petit temps passé au bateau sera consacré au farniente avec 25 à 35 nœuds de vent sous un soleil généreux.

Lorsque le vent souffle fort j'aime bien aller vérifier les amarres de mes voisins, j'ai du passer deux nouvelles amarres au bateau le plus proche du mien, les siennes étant presque coupées par usure sur le taquet du ponton. Et un peu plus loin, je me suis désolé en voyant l'élevage de moules sur le Jeanneau 54 !

On espère que la météo sera plus clémente le week-end prochain pour le carénage !

 

 

tout l'amarrage est doublé arrière comme avant avec en plus des gardes sur l'avant !
tout l'amarrage est doublé arrière comme avant avec en plus des gardes sur l'avant !

tout l'amarrage est doublé arrière comme avant avec en plus des gardes sur l'avant !

atelier plomberie pour les cabines arrières !
atelier plomberie pour les cabines arrières !
atelier plomberie pour les cabines arrières !

atelier plomberie pour les cabines arrières !

ce superbe Jeanneau, c'est lancé dans l'élevage de moules, quelle tristesse !
ce superbe Jeanneau, c'est lancé dans l'élevage de moules, quelle tristesse !

ce superbe Jeanneau, c'est lancé dans l'élevage de moules, quelle tristesse !

Voir les commentaires

La Saga du portique

1 Avril 2019 , Rédigé par Jeannine et Claude Publié dans #La préparation du bateau

Après sa venue sur le bateau, début mars, mon fils François a refait tous les plans du portique.

Nous avions, trop d'incohérences sur les côtes des plans précédents, de nouvelles mesures étaient nécessaire !

En ce qui concerne le design, nous n'avons rien changé.

François a repris toutes les côtes y compris celles de la jupe pour pouvoir réaliser des vues en 3D conforme à notre Sunkiss 45 avec jupe.

Nous allons pouvoir cette fois-ci lancer la fabrication du portique que l'on appellera "désiré"

Il sera fixé sur le tableau arrière sur quatre pieds à rotules pour faciliter la pose !

Comme prévu le portique sera aussi équipé d'un bossoir en U pour le relevage de l'annexe.

Après échanges avec nos amis du Sunkiss "Gytan du Rivau", nous allons, comme eux,  équiper le portique de deux panneaux solaires de 150W chacun. J'ai trouvé des kits nautiques chez la société Myshop Solaire.

Je vous joins quelques captures des vues en 3D.

 

vues 3D du portique
vues 3D du portique

vues 3D du portique

vues 3D du bossoir avec l'annexe
vues 3D du bossoir avec l'annexe

vues 3D du bossoir avec l'annexe

Voir les commentaires

Satané portique !

8 Mars 2019 , Rédigé par Jeannine et Claude Publié dans #La préparation du bateau

Mon fils François a décidé de venir passer un week-end, sur le bateau, pour faire lui même ses mesures pour le portique !

Difficile de le lui refuser, au regard de tous les avants projets qu'il a fait !

Je l'ai récupéré à l'aéroport de Marseille en provenance de Nantes vendredi soir, puis nous avons pris la route vers les Saintes Maries.

Samedi matin, après un petit déjeuner copieux, François s'est lancé dans ses prises de mesures, ce n'est que la quatrième fois que l'on prend des mesures pour ce projet de portique et j'espère bien que ce sera la dernière !

François en a profité pour mesurer précisément la jupe afin de lui permettre de dessiner la carène arrière du bateau et implanter le projet en 3D du portique. Le résultat dans deux semaines.

Quand à moi j'ai fini le siège de la table à carte, il était ouvert coté tableau électrique je ne sais pourquoi ? La plaque, que j'ai réalisé, ne sera pas fixée pour permettre de passer des câbles éventuellement.

J'ai aussi changé le câble d'alimentation du 220V, du différentiel au tableau des interrupteurs, il avait chauffé anormalement, je pense à cause du radiateur électrique. J'ai passé ce câble de 2,5 mm2 en 6 mm2.

J'ai ensuite récupéré ma capote de descente que j'avais confié pour cause de couture qui avait lâché lors du dernier coup de vent. Durant ce coup de vent une des vis d'œillet de la capote, qui s'était arrachée, a abimé sérieusement, la main courante ou elle était fixée. J'ai donc prévu de mettre une plaque d'alu à cet endroit pour protéger et renforcer la fixation. Cela sera fait des deux coté évidemment !

Après ses prises de mesures, François s'est chargé de la découpe des cornières en alu qui nous serviront pour la protection des mains courantes. Je dois dire qu'il a fait un travail parfait au vue des outils que nous avions, scie à métaux et disqueuse !

Je me suis chargé des perçages pour les fixations des arceaux de la capote. Il me reste à refixer les vis à œillet dans la plaque alu d'où il est peu probable qu'elles puissent s'arracher !

Avec toutes ces petits bricolages nous n'avons pas vu passer ce  week-end, heureusement que nous avons pris le temps de profiter des soirées pour refaire le monde à notre façon.

Lundi nous avons rejoint l'aéroport de Marseille ou François reprenait un avion pour Nantes, puis j'ai repris la route à mon tour pour rentrer en Ardèche. Ce fut un week-end de partage très sympa avec mon fils.

Je reviens au bateau le week-end du 8 mars, cette fois avec Jeannine.

 

 

 

 

 

le siège de la table à carte
le siège de la table à carte
le siège de la table à carte

le siège de la table à carte

réparation de la main courante
réparation de la main courante
réparation de la main courante

réparation de la main courante

Voir les commentaires

Chargeur de batteries

28 Novembre 2018 , Rédigé par Jeannine et Claude Publié dans #La préparation du bateau

J'ai récupéré mon chargeur de batteries, CRISTEC, après réparation à l'usine;

Pour moi il était important de comprendre pourquoi cet appareil avait lâché !

J'ai contacté le service après-vente ou j'ai eu le responsable de ce service qui s'est rendu disponible pour répondre à toutes mes interrogations sur la panne de leur chargeur.

J'ai évoqué avec lui l'obsolescence programmé de nombreux appareils et donc pourquoi pas de leur matériel !!

Cinq ans, c'était l'âge de mon chargeur, un gamin quoi ! comment expliquer sa panne ?

Suite aux différents contrôles réalisés en usine, le verdict tombe, la panne est dû à une sur-tension:

L'étage alimentation auxiliaire détérioré

Le contrôleur U14

La résistance R123

Il m'en coutera 132 euros y compris le transport retour.

Après récupération du chargeur, j'ai recontacté le responsable du service après-vente pour qu'il m'explique ce qui aurait pu provoquer cette panne.

La première hypothèse est celle du réseau EDF, difficile à contrôler !

La deuxième celle du démarrage du générateur, il est conseillé de couper tous les circuits pendant la phase de démarrage et de stabilisation du générateur.

La surtension sur le chargeur de batterie et la détérioration des composants peuvent se manifester plusieurs semaines voir plusieurs mois après l'incident !

Le responsable du Service a tenu à revenir sur mes interrogations au sujet de l'obsolescence des appareils, il m'a confirmé que l'entreprise CRISTEC avait une déontologie et une charte de qualité sur la fabrication de leur appareils.

J'avoue avoir apprécié qu'il prenne ce temps pour échanger avec moi.

Il me reste maintenant à remonter le chargeur dans le bateau ce sera chose faite fin décembre, entre-temps j'ai tellement de chose à faire, c'est promis je vous en parle bientôt.

 

 

le chargeur CRISTEC

le chargeur CRISTEC

Voir les commentaires

De l'Alsace en Camargue

30 Septembre 2018 , Rédigé par Jeannine et Claude Publié dans #La préparation du bateau

Fin août, j'ai pris la route en direction de l'Alsace, pour les vendanges 2018 chez mon beau-frère. Nous venions de passer un week-end fort sympathique avec, Sandrine, la nièce de Jeannine et sa petite famille à bord du bateau.

Avant de quitter les Saintes Maries de la Mer, Georges un ami de ponton m'a demandé de lui ramener du vin d'Alsace que je lui avais fait gouter !

Les vendanges sont toujours un moment fort pour moi, il y a tellement de choses à apprendre sur le métier des viticulteurs.

J'ai passé trois semaines à vendanger, à la main, du raisin pour produire le Crémant, ce vin à bulles qui rivalise aujourd'hui à juste titre avec le Champagne.

Puis ce fut le tour des AOC et des Grands Crus. Pour ma part je n'ai pu que vendanger les Pinots gris. J'ai du quitter l'Alsace et ses vendanges pour cause de compromis de vente de ma maison !

Notre projet de départ en bateau se précise un peu plus avec la vente de ma maison et  j'en suis ravi !

Avant de partir ne surtout pas oublier de prendre le vin à ramener en Camargue pour mon ami Georges !

Passage en Savoie, le compromis de vente est signé, c'est une bonne chose de faite !

Nous voilà en route vers les Saintes Maries de la Mer pour passer ce week-end, de fin septembre, à bord de Gwendal.

C'est le grand beau temps en Camargue, 29 degrés, pas de vent, on se croirait en début d'été.

Quel bonheur de retrouver le bateau !

Je pensais que le chantier aurait finalisé la jupe que nenni ! Cela promet un échange passionnant avec le patron.

Sur l'aire de carénage, un magnifique Bavaria 44 est sur les bers, son safran est cassé en deux. C'est arrivé fin août, le propriétaire est allé cogner l'enrochement, qui sert de digue, en sortant de l'emplacement entre les Ducs d'Albes. D'après les commentaires de radio-ponton, le plus sage aurait été de laisser passer le coup de vent !!

Samedi 29 septembre, la météo nous annonçait une courte dégradation, on ne l'a pas vu et c'est tant mieux.

j'en ai profité pour changer le filtre à charbon actif, pour l'évent de la caisse à eaux noires, il était complètement dégradé.

Sur un bateau on trouve toujours une occupation, l'après-midi je me suis lancé, dans un travail pas des plus agréable, celui du contrôle des circuits d'évacuation des toilettes vers la mer et vers la caisse à eaux noires. J'ai démonté les deux vannes pour les nettoyer et les graisser. C'est incroyable cette formation de calcaire en réaction chimique entre l'urine et l'eau de mer. J'utilise du vinaigre blanc pour neutraliser ces dépôts, c'est assez efficace. Au port je rince aussi souvent à l'eau douce le circuit.

Je vais m'équiper d'un goupillon pour pouvoir nettoyer au mieux l'intérieur des tuyaux

La fin de week-end s'annonce déjà, après un très court passage en Ardèche, pour déposer Jeannine chez elle, je remonte vers la Savoie , il faut maintenant préparer le déménagement !

 

 

 

un safran à refaire !
un safran à refaire !

un safran à refaire !

De l'Alsace en Camargue
De l'Alsace en Camargue
le nettoyage des circuits d'évacuation des toilettes
le nettoyage des circuits d'évacuation des toilettes
le nettoyage des circuits d'évacuation des toilettes
le nettoyage des circuits d'évacuation des toilettes

le nettoyage des circuits d'évacuation des toilettes

Voir les commentaires

Le portique

17 Août 2018 , Rédigé par Jeannine et Claude Publié dans #La préparation du bateau

 

Pas facile de se décider pour tel ou tel portique, sans compter que les prix sont exorbitants !

N'ayant rien trouvé de satisfaisant, j'ai fait appel à mon fils François, le petit dernier, qui est ingénieur en construction naval.

Le cahier des charges du portique, qu'il soit agréable dans la ligne du bateau, qu'il intègre les balcons arrières, qu'il porte des panneaux solaires, qu'il relève l'annexe avec son moteur.

François a réalisé un premier plan répondant à toutes ces exigences. Nous avons fait un gabarit grandeur nature que nous avons monté sur le bateau. L'ensemble était séduisant mais quelque chose que je n'arrivais pas à définir me gênait !

J'ai, quand même, fait coter la réalisation par des artisans spécialisés en marine, j'ai cru m'étouffer en découvrant les devis.

J'ai fini par trouver le défaut qui me gênait, c'était cette impression de cage que l'on aurait à l'arrière du fait de la grande jupe du bateau.

Au hasard des rencontres sur le net, j'ai croisé l'aventure autour de l'atlantique, d'une famille qui est possède un Sunkiss équipé d'un portique fixé entièrement sur le tableau arrière.

Nous avons échangé via les réseaux sociaux et ils m'ont communiqués quelques informations et une photo pour moi précieuse. Un grand merci à Constance et Guillaume du Sunkiss Gytan.

Mon fils, François a repris ces informations et m'a réalisé un nouveau projet. Oublié l'intégration des balcons qui alourdissaient la première structure en projet.

Ce portique sera réalisé en Alsace par un ami spécialisé en soudure inox. Le portique sera en trois parties pour faciliter son transport jusqu'au bateau.

Je joins deux images 3D, une image des contraintes de structure et deux plans en projeté en espérant que cela puisse servir à d'autres.

 

image 3 D avvec le bossoir refermé

image 3 D avvec le bossoir refermé

image 3 D avec le bossoir baissé pour prendre l'annexe

image 3 D avec le bossoir baissé pour prendre l'annexe

image des contraintes sur la structure

image des contraintes sur la structure

plan projeté 1

plan projeté 2

Voir les commentaires

Le safran du Sunkiss

2 Août 2018 , Rédigé par Claude Publié dans #La préparation du bateau

 

Comme tous les bateaux, le Sunkiss a quelques points de faiblesse.

J'en ai répertorié trois qui sont souvent évoqués sur différents forums et qui peuvent poser de réels problèmes. J'ai pu en vérifié deux sur mon bateau.

Le premier est celui des hublots de roof, la visserie est en aluminium, comme la quasi totalité de la visserie de cette époque dans les chantiers nautiques. L’oxydation de ces vis entrainent des fuites sur ces hublots qui, si elles ne sont pas traitées sérieusement, finissent pas dégrader les boiseries intérieures du carré.

L'idéal est de démonter ces hublots pour changer la visserie et de refaire les joints.

Pour Gwendal c'était trop tard, l'ancien propriétaire a trainé à régler ces infiltrations. Il a du faire condamner les ouvertures en les résinant. J'ai habillé de teck le roof à l'emplacement des anciens hublots.

Le deuxième défaut et sans conteste le plus grave, à mes yeux, est celui des cadènes de bas-haubans. Certains propriétaires ont vu la rupture de leur mât à cause de l'arrachage de cette cadène. La dimension de la contre-plaque a été sous estimée !

Sur Gwendal cela avait déjà provoqué la déformation du pont, l'ancien propriétaire a fait poser une contre-plaque en U en remplacement de celle d'origine.

Le troisième défaut et non des moindre également est celui du safran.

Il s'agit là de la rupture des soudures entre mèche et pattes inox. Il y a trois pattes qui assurent la rotation de l'ensemble du safran avec la mèche. Compte-tenu de la taille du bateau et des forces en présence sur cet appendice, on ne peut pas dire que la conception de ce montage d'origine soit une pleine réussite !!

Plusieurs propriétaires ont relaté l'histoire du safran qui ne répond plus, que ce soit sur les Sunkiss 45 ou 47 pieds !!

Cela est arrivé encore récemment à Constance et Guillaume, propriétaires de Gytan, un Sunkiss 45, lors de leur tour de l'Atlantique avec leur trois enfants.

Pour la réparation ils ont bénéficié du plan de fabrication du safran, pour pouvoir atteindre les soudures des pattes et de la mèche.

C'est Anne-Laure, propriétaire du Sunkiss 45, Io Orana, qui a réussi à obtenir ce plan du chantier Jeanneau.

Anne-Laure m'a autorisé à les publier sur ce blog pour en faire profiter les propriétaires de Sunkiss, un grand merci à elle, même si on espère ne jamais en avoir besoin !

La réparation du safran est un véritable chantier que vous pourrez constater sur les photos que Guillaume du Sunkiss Gytan m'a autorisé à publier.

Vous trouverez aussi, un peu plus bas, un lien pour découvrir leur aventure familiale.

Pour Gwendal, nous ferons vérifier ces soudures du safran par échographie lors de la prochaine sortie de l'eau.

 

 

Le plan du safran du Sunkiss du chantier Jeanneau

Le plan du safran du Sunkiss du chantier Jeanneau

la contre-plaque en U sous la cadène des bas-haubans

la contre-plaque en U sous la cadène des bas-haubans

Le safran du Sunkiss Gytan
Le safran du Sunkiss Gytan
Le safran du Sunkiss Gytan

Le safran du Sunkiss Gytan

le safran du Sunkiss Gytan
le safran du Sunkiss Gytan
le safran du Sunkiss Gytan

le safran du Sunkiss Gytan

le safran du Sunkiss Gytan prêt à être remonté

le safran du Sunkiss Gytan prêt à être remonté

Voir les commentaires

Problèmes électriques

10 Juillet 2018 , Rédigé par Claude Publié dans #La préparation du bateau

 

 

Lors de notre dernière navigation, j'ai rencontré des problèmes électriques. En démarrant le moteur pour faire nos entrées de ports j'ai constaté que cela mettait en carafe l'électronique, traceur, GPS centrale de navigation et aussi l'AIS.

Mon ami Alain m'a fait remarqué que ma trace AIS s'arrêtait à la pointe de Beauduc, à l'endroit ou nous avions mis le moteur en marche !

Pour reprendre la main sur ces appareils il a fallu les éteindre complètement et les rallumer. Cela pose problème et risque de dégrader les appareils électroniques avec ces ruptures intempestives. Ce jour là l'AIS n'a pas refait sa triangulation pour la fin du trajet.

Après un contact avec l'électronicien qui a monté les différents équipements, il m'a conseillé de me tourner vers un électricien marine. Je me suis orienté vers Proélec de Port Camargue. Son responsable à accepté de venir sur le bateau aux Saintes Maries ce qui est plus simple pour nous.

J'en ai profité aussi pour lui demander de vérifier pourquoi deux batteries sur les quatre de service n'étaient pas sollicitées.

L'électricien m'a appelé lors de son passage à bord pour me faire un compte-rendu de son intervention.

Il a découvert et par la même occasion m'a fait découvrir, un coupe circuit de secours dans la cale moteur pour connecter le circuit moteur au parc service en cas de défaillance de la batterie moteur. Ce coupe circuit était sur ON. Un début d'explication au problème, complété par une batterie moteur trop fatiguée. Il n'en fallait pas plus pour créer une baisse de tension sur le circuit de service, lors du démarrage du moteur et provoquer le décrochage de l'électronique.

Il a mis le coupe-circuit sur OFF et remplacé la batterie défaillante. Il a également contrôlé l'alternateur. On a décidé de le démonter pour le passer au banc. Il était également défaillant, on a changé les roulements et le régulateur de charge. Il est remonté et fourni normalement son courant.

Pour les batteries non utilisées, son verdict a été plus radical, il m'a proposé de refaire à neuf le circuit électrique, des batteries, avec un recâblage global, des coupes-circuits, un répartiteur neuf et le câblage du chargeur sur trois circuits indépendants sans chute de tension, pour le parc moteur, le parc service et celui du propulseur.

Nous aurons trois coupes-circuits sur le positif, un coupe-circuit sur le négatif et un coupe-circuit de secours à clef pour le moteur

Je ne m'étais pas penché sur cette partie électrique du bateau, sûrement à tort, la preuve en est ! On va remettre tout cela en ordre pour plus d'efficacité. On aura en plus un circuit près à accueillir la production des panneaux solaires.

La société Proélec a fini le travail, on a un circuit électrique tout neuf. Je pourrais vérifier tout cela le week-end du 14 juillet en étant à bord.

le câblage du chargeur et de la batterie moteur
le câblage du chargeur et de la batterie moteur

le câblage du chargeur et de la batterie moteur

le câblage des batteries de service
le câblage des batteries de service

le câblage des batteries de service

le régulateur Cristec et son câblage
le régulateur Cristec et son câblage

le régulateur Cristec et son câblage

le schéma électrique

le schéma électrique

Voir les commentaires