Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Regroupement familial

17 Mai 2018 , Rédigé par Claude Publié dans #navigation

 

Après avoir fait toutes les courses d'épicerie, Maïlis et moi prenons la route du sud pour rejoindre Gwendal le jeudi 3 mai. La voiture est chargée, nous amenons l'annexe et son moteur, des jerricans de gasoil, le groupe électrogène et sa réserve d'essence et bien sûr toutes les courses et nos affaires.

Vendredi nous chargeons le tout à bord, heureusement que le port a une brouette pour éviter d'interminables aller retour !

Samedi 4 mai, vers deux heures trente du matin, arrivée de François et Julien, à midi c'est au tour de Sébastien et à 21 heures c'est Jeannine qui nous a rejoint.

Samedi matin, nous avons fini de préparer le bateau pour son appareillage, on gonfle l'annexe pour faire des essais avec son moteur. L'après-midi nous allons à Arles afin de finir les courses pour les denrées fraiches, viandes, laitages ...

Dimanche matin après avoir fait un briefing sur les questions de sécurité, la distribution et les essayages des gilets de sécurité, je donne les informations sur la procédure du départ et du largage des amarres. L'équipage est prêt pour le départ.

Gwendal quitte son poste d'amarrage à 9h37, cap vers les iles du Frioul. Il n'y a pas de vent, la mer est lisse, le Perkins ronronne joyeusement. Ce sera une journée sans vent, 8 heures de moteur pour rejoindre le Frioul avec déjà une bonne ambiance à bord sous un magnifique soleil.

Nous voyons sauter les thons qui sont en chasse dans le golfe de Fos, les goélands participent au festin. Nous arrivons au Frioul par le sud, nous amarrons Gwendal coté tribord pour épargner son coté blessé et pas encore réparé.

Lundi, la météo est identique à la veille, d'un commun accord on décide de ne pas bouger et de passer la journée au Frioul et de se balader sur ces iles, une occasion d'observer un nid de goéland avec madame qui couve et ensuite pour mes enfants ( grands ) de se faire attaquer par ces mêmes oiseaux qui défendent cette fois leurs petits.

Mardi matin, appareillage à 10h30, cap vers La Ciotat. La grand voile et le génois prennent enfin l'air. Ce sera de courte durée, au niveau de l'ile Riou le vent nous abandonne. En affalant la grand voile un de ses chariots sort de la gorge du mât ! rien de grave, avec François et Sébastien on sort six charriots pour accéder à celui qui pose problème. Ce sont les guides du charriot qui sont dévissés. On en profite pour les graisser et on remonte le tout.

La fin de cette petite traversée se fera sous génois au largue. Le bec de l'Aigle est toujours aussi majestueux. Une balade en ville nous permet de contempler les quelques yachts qui sont dans le vieux port. La ville a su faire une belle reconversion de ses chantiers de construction naval pour se tourner vers l'entretien des yachts de luxe !

Mercredi 9 mai c'est sous un beau soleil que nous quittons La Ciotat, il n'y a pas de vent, nous en profitons pour aller voir un très grand catamaran et un yacht qui sont au mouillage dans la baie. Après ce petit détour, nous envoyons la grand voile. En prenant le large, nous croiserons un drone sous-marin, nous faisons route vers les calanques de Port Miou, En vau et Port Pin.

Le vent est faible, à peine 5 nœuds et pourtant la mer est formée, on affale la voile qui faseille lourdement, pour faire route au moteur !

Nous entrons dans la calanque de Port Miou pour y passer la nuit, nous prenons une bouée et nous amarrons à la falaise grâce à l'annexe pilotée par Julien et François. Une bonne surprise nous attends, nous retrouvons Valérie, la cousine de Maïlis et François, son mari Jérôme et leur fille Emma qui sont en vacances dans le coin. Nous les récupérons avec l'annexe pour passer un moment sympa à bord.

Jeudi, nous appareillons vers 11 heures, la météo annonce un avis de grand frais à coup de vent. Nous allons à nouveau vers les iles du Frioul. En sortant de la calanque, nous prenons un ris, nous découvrons rapidement l'état de la mer ! Une mer forte et désorganisée avec des creux de 4 mètres voir plus. On fait du près, Gwendal se comporte bien mais nous arrose copieusement ! L'anémomètre annonce du vent à 28 nœuds avec des rafales à 35. Je vais barrer pendant 4 heures, en étant trempé.  Pour Maïlis et Julien c'est un vrai baptème à la mer. Tout l'équipage est ravi de voir Gwendal amarré au ponton du Frioul ! On n'était pas nombreux sur l'eau ce jeudi.

Une fois séchés et changés, nous nous précipitons vers un des restaurants de l'ile pour prendre un repas bien mérité, on a pas mangé à midi ! Il est 16 heures, cela ne nous empêche pas de prendre des frites avec entrecôtes, supions ou jambon cru !

Vendredi, 10h15, nous faisons route vers les Saintes Maries. La mer s'est calmée et le vent souffle de 12 à 15 nœuds. Nous avons envoyé toute la voile, nous allons croiser des cargos sur le rail de Marseille puis celui de Fos que nous devons traverser, c'est toujours impressionnant ces rencontres ! Après un long bord vers l'ile Planier, le vent adonne ce qui nous permet de faire un joli bord vers l'ouest le long de la côte. Nous amarrons Gwendal à sa place vers 21 heures après une très belle journée de navigation.

Samedi, c'est la journée rangement et nettoyage du bateau,  en fin d'après-midi François, Julien reprennent la route vers St Nazaire, Sébastien en fera de même un peu plus tard direction Toulon. Maïlis, Jeannine et moi passerons une dernière nuit à bord.

Nous avons passé une très bonne semaine, un plaisir de se retrouver en famille, c'est sûr ce sera à refaire.

 

 

 

après le gonflage de l'annexe, les essais avec le moteur !
après le gonflage de l'annexe, les essais avec le moteur !
après le gonflage de l'annexe, les essais avec le moteur !

après le gonflage de l'annexe, les essais avec le moteur !

samedi midi au resto, envoi du gwen ha du et départ des Saintes Maries
samedi midi au resto, envoi du gwen ha du et départ des Saintes Maries
samedi midi au resto, envoi du gwen ha du et départ des Saintes Maries

samedi midi au resto, envoi du gwen ha du et départ des Saintes Maries

de gauche à droite, Claude, Sébastien, Julien, François puis Jeannine et Maïlis à la barre
de gauche à droite, Claude, Sébastien, Julien, François puis Jeannine et Maïlis à la barre
de gauche à droite, Claude, Sébastien, Julien, François puis Jeannine et Maïlis à la barre

de gauche à droite, Claude, Sébastien, Julien, François puis Jeannine et Maïlis à la barre

récupération de Valérie, Jérome et Emma, Gwendal dans la calanque de Port Miou
récupération de Valérie, Jérome et Emma, Gwendal dans la calanque de Port Miou
récupération de Valérie, Jérome et Emma, Gwendal dans la calanque de Port Miou

récupération de Valérie, Jérome et Emma, Gwendal dans la calanque de Port Miou

les goélands défendent leurs nids et leurs petits !
les goélands défendent leurs nids et leurs petits !

les goélands défendent leurs nids et leurs petits !

quelques cargos croisés à l'aller et au retour !
quelques cargos croisés à l'aller et au retour !
quelques cargos croisés à l'aller et au retour !
quelques cargos croisés à l'aller et au retour !
quelques cargos croisés à l'aller et au retour !

quelques cargos croisés à l'aller et au retour !

quelques voiliers aussi !
quelques voiliers aussi !
quelques voiliers aussi !

quelques voiliers aussi !

Partager cet article

Commenter cet article