Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles récents

La Saga du portique

1 Avril 2019 , Rédigé par Jeannine et Claude Publié dans #La préparation du bateau

Après sa venue sur le bateau, début mars, mon fils François a refait tous les plans du portique.

Nous avions, trop d'incohérences sur les côtes des plans précédents, de nouvelles mesures étaient nécessaire !

En ce qui concerne le design, nous n'avons rien changé.

François a repris toutes les côtes y compris celles de la jupe pour pouvoir réaliser des vues en 3D conforme à notre Sunkiss 45 avec jupe.

Nous allons pouvoir cette fois-ci lancer la fabrication du portique que l'on appellera "désiré"

Il sera fixé sur le tableau arrière sur quatre pieds à rotules pour faciliter la pose !

Comme prévu le portique sera aussi équipé d'un bossoir en U pour le relevage de l'annexe.

Après échanges avec nos amis du Sunkiss "Gytan du Rivau", nous allons, comme eux,  équiper le portique de deux panneaux solaires de 150W chacun. J'ai trouvé des kits nautiques chez la société Myshop Solaire.

Je vous joins quelques captures des vues en 3D.

 

vues 3D du portique
vues 3D du portique

vues 3D du portique

vues 3D du bossoir avec l'annexe
vues 3D du bossoir avec l'annexe

vues 3D du bossoir avec l'annexe

Voir les commentaires

Satané portique !

8 Mars 2019 , Rédigé par Jeannine et Claude Publié dans #La préparation du bateau

Mon fils François a décidé de venir passer un week-end, sur le bateau, pour faire lui même ses mesures pour le portique !

Difficile de le lui refuser, au regard de tous les avants projets qu'il a fait !

Je l'ai récupéré à l'aéroport de Marseille en provenance de Nantes vendredi soir, puis nous avons pris la route vers les Saintes Maries.

Samedi matin, après un petit déjeuner copieux, François s'est lancé dans ses prises de mesures, ce n'est que la quatrième fois que l'on prend des mesures pour ce projet de portique et j'espère bien que ce sera la dernière !

François en a profité pour mesurer précisément la jupe afin de lui permettre de dessiner la carène arrière du bateau et implanter le projet en 3D du portique. Le résultat dans deux semaines.

Quand à moi j'ai fini le siège de la table à carte, il était ouvert coté tableau électrique je ne sais pourquoi ? La plaque, que j'ai réalisé, ne sera pas fixée pour permettre de passer des câbles éventuellement.

J'ai aussi changé le câble d'alimentation du 220V, du différentiel au tableau des interrupteurs, il avait chauffé anormalement, je pense à cause du radiateur électrique. J'ai passé ce câble de 2,5 mm2 en 6 mm2.

J'ai ensuite récupéré ma capote de descente que j'avais confié pour cause de couture qui avait lâché lors du dernier coup de vent. Durant ce coup de vent une des vis d'œillet de la capote, qui s'était arrachée, a abimé sérieusement, la main courante ou elle était fixée. J'ai donc prévu de mettre une plaque d'alu à cet endroit pour protéger et renforcer la fixation. Cela sera fait des deux coté évidemment !

Après ses prises de mesures, François s'est chargé de la découpe des cornières en alu qui nous serviront pour la protection des mains courantes. Je dois dire qu'il a fait un travail parfait au vue des outils que nous avions, scie à métaux et disqueuse !

Je me suis chargé des perçages pour les fixations des arceaux de la capote. Il me reste à refixer les vis à œillet dans la plaque alu d'où il est peu probable qu'elles puissent s'arracher !

Avec toutes ces petits bricolages nous n'avons pas vu passer ce  week-end, heureusement que nous avons pris le temps de profiter des soirées pour refaire le monde à notre façon.

Lundi nous avons rejoint l'aéroport de Marseille ou François reprenait un avion pour Nantes, puis j'ai repris la route à mon tour pour rentrer en Ardèche. Ce fut un week-end de partage très sympa avec mon fils.

Je reviens au bateau le week-end du 8 mars, cette fois avec Jeannine.

 

 

 

 

 

le siège de la table à carte
le siège de la table à carte
le siège de la table à carte

le siège de la table à carte

réparation de la main courante
réparation de la main courante
réparation de la main courante

réparation de la main courante

Voir les commentaires

Meilleurs vœux à tous

14 Janvier 2019 , Rédigé par Claude Publié dans #navigation

La tradition dit que l'on a jusqu'au 31 janvier pour souhaiter la bonne année ! Avec un peu de retard nous venons Jeannine et moi vous souhaiter tous nos meilleurs vœux  pour cette nouvelle année 2019, que celle-ci vous apporte joie, santé et plein de réussite dans vos projets.

En ce qui nous concerne, nous avons passé le nouvel an à bord de Gwendal. Bernard, le frère de Jeannine et Dany, un copain à lui, ce sont joint à nous pour des moments bien sympathiques.

Le vent du nord s'est aussi invité rendant l'ambiance atmosphérique un peu froide, avec des rafales à 37 nœuds !

Nous sommes arrivés à bord, avec Jeannine, les premiers. Cela m'a permis de remonter mon chargeur de batteries, qui était retourné en usine pour réparation. Tout fonctionne à nouveau.

Avec Dany, nous avons repris toutes les mesures pour le portique. C'est Dany qui va le réaliser. Mon fils François va corriger les erreurs du plan. Ce portique est une vraie aventure en soi !

Pour le réveillon nous n'avons pas échappé au traditionnel feu d'artifice, tiré de la mairie et toujours aussi grandiose, puis nous avons rejoint la salle des fêtes pour le non moins traditionnel vin d'honneur offert par la municipalité avant de regagner notre bord pour un succulent repas de fruits de mer.

A minuit, nous avons rejoint le bord du bateau de nos voisins belges pour célébrer cette nouvelle année avec une bonne bouteille de crémant d'Alsace.

C'est incroyable comme quelques jours à bord sont revitalisants, mais le travail impose déjà un retour et ça s'est une autre histoire.

 

Bernard et Dany, Jeannine, Dany et moi à l'ordinateur
Bernard et Dany, Jeannine, Dany et moi à l'ordinateur
Bernard et Dany, Jeannine, Dany et moi à l'ordinateur

Bernard et Dany, Jeannine, Dany et moi à l'ordinateur

Dany en pleine mesure pour le portique !

Dany en pleine mesure pour le portique !

Voir les commentaires

Chargeur de batteries

28 Novembre 2018 , Rédigé par Jeannine et Claude Publié dans #La préparation du bateau

J'ai récupéré mon chargeur de batteries, CRISTEC, après réparation à l'usine;

Pour moi il était important de comprendre pourquoi cet appareil avait lâché !

J'ai contacté le service après-vente ou j'ai eu le responsable de ce service qui s'est rendu disponible pour répondre à toutes mes interrogations sur la panne de leur chargeur.

J'ai évoqué avec lui l'obsolescence programmé de nombreux appareils et donc pourquoi pas de leur matériel !!

Cinq ans, c'était l'âge de mon chargeur, un gamin quoi ! comment expliquer sa panne ?

Suite aux différents contrôles réalisés en usine, le verdict tombe, la panne est dû à une sur-tension:

L'étage alimentation auxiliaire détérioré

Le contrôleur U14

La résistance R123

Il m'en coutera 132 euros y compris le transport retour.

Après récupération du chargeur, j'ai recontacté le responsable du service après-vente pour qu'il m'explique ce qui aurait pu provoquer cette panne.

La première hypothèse est celle du réseau EDF, difficile à contrôler !

La deuxième celle du démarrage du générateur, il est conseillé de couper tous les circuits pendant la phase de démarrage et de stabilisation du générateur.

La surtension sur le chargeur de batterie et la détérioration des composants peuvent se manifester plusieurs semaines voir plusieurs mois après l'incident !

Le responsable du Service a tenu à revenir sur mes interrogations au sujet de l'obsolescence des appareils, il m'a confirmé que l'entreprise CRISTEC avait une déontologie et une charte de qualité sur la fabrication de leur appareils.

J'avoue avoir apprécié qu'il prenne ce temps pour échanger avec moi.

Il me reste maintenant à remonter le chargeur dans le bateau ce sera chose faite fin décembre, entre-temps j'ai tellement de chose à faire, c'est promis je vous en parle bientôt.

 

 

le chargeur CRISTEC

le chargeur CRISTEC

Voir les commentaires

L'armistice en Camargue

9 Novembre 2018 , Rédigé par Jeannine et Claude Publié dans #navigation

Nous sommes venu passer le week-end du 11 novembre à bord de Gwendal.

Les prévisions météo sont épouvantables, mais rien ne nous aurait arrêté, nous avions un grand manque de notre bateau.

Les vents du secteur sud-est ont fait monter l'eau dans le port comme à chaque fois !

Nous sommes seul sur le port, il faut dire que le temps ne s'y prête pas.

Les phénomènes Cévenols ne sont pas qu'une fable, les habitants de l'Aude en  ont terriblement soufferts récemment. Ici il pleut des cordes, on est bien à l'abri dans Gwendal.

En arrivant au bateau j'ai constaté que l'artisan qui devait finir la jupe n'était pas venu, résultat la jupe était pleine d'eau. Je l'ai percé, comme c'était prévu, pour évacuer cette eau de pluie, après quoi j'ai appelé ce professionnel pour lui demander d'intervenir au plus vite !

Cette eau qui stagne dans la jupe dégrade la résine et finira par détériorer les tissus. Ce sera plus de travail pour l'artisan, sans gains supplémentaires, cela m'agace énormément.

La semaine dernière nous avons finalisé les plans du portique avec mon fils François et comme j'étais à nouveau en Alsace j'ai fait affaire avec un ami alsacien qui réalisera cet équipement. La livraison est prévu pour la fin avril.

Ce week-end je reprendrai deux ou trois côtes pour me rassurer et limiter les surprises d'une fabrication à distance. Une chose est sûre ce sera du bon boulot.

Sur la porte des sanitaires du port il y a l'affichage de l'arrêté municipal pris par le maire pour interdire la baignade et tous les sports nautiques dans la bande des trois cent mètres du rivage pour cause de pollution de mazout.

Ce mazout provient de la collision de deux bateaux au large de la Corse

Dimanche matin, 7 octobre, vers 7h30, un navire roulier tunisien, Ulysse, est entré en collision avec le porte-conteneurs chypriote, CLS Virginia, alors au mouillage à environ 28 km au nord-ouest du cap Corse,  provoquant une brèche dans la coque du porte-conteneurs et une pollution au fuel sur 300 mètres de large et moins d'un kilomètre de long.

"Le ruban de pollution, du fuel de propulsion du navire, de 300 mètres de large sur 4 kilomètres de long, est à peu près stable", a indiqué la préfecture maritime à Toulon, dimanche soir. Ce ruban s'éloigne des côtes corses vers le nord-ouest. 

Ce fuel est arrivé à la cote jusqu'en Camargue !!

Les eaux du port des Saintes Maries sont irisées et des galettes de fuel sont présentes. J'espère que ce bateau tunisien sera fortement condamné pour avoir causé cette pollution.

J'avais oublié, non je plaisante, que sur un bateau on ne s'ennuie jamais, en faisant le contrôle des batteries je me suis aperçu que le chargeur de batterie ne fonctionnait plus. J'ai vérifié l'arrivée du courant 220V et l'état des fusibles de protection, tout est bon. Le chargeur est éteint et je n'ai pas la moindre idée de ce qui se passe.

La nuit étant tombée, du coup on est passé en mode économie d'énergie !

Samedi matin j'ai eu un contact téléphonique avec l'électricien qui m'a annoncé que l'appareil devait être retourné en usine chez son fabricant. En voilà une bonne nouvelle pour commencer la journée.

Après avoir testé une nouvelle fois les connexions, je dois me rendre à l'évidence il faut démonter le chargeur. J'espère que cela ne fait pas parti des obsolescences programmées, cet appareil a 5 ans d'âge, celui d'origine du bateau en avait 30 !

J'ai adressé un mail au fabricant Cristec pour savoir s'y il avait un réparateur dans le sud de la France pour éviter un retour en Bretagne. J'espère avoir une réponse rapidement.

Pour nous changer les idées nous sommes allés en ville pour faire quelques courses, ce fut aussi une occasion de voir quelques manades pour les fêtes de l'armistice aux Saintes. C'est toujours fabuleux de voir ces gardians conduire à cheval, les taureaux dans le centre ville.

De retour au bateau j'ai mis le moteur en marche avec pour objectif de charger les batteries, mais aussi de vérifier l'efficacité de l'alternateur. Un vrai bonheur dans une journée mal commencée, tout fonctionne parfaitement.

Coté météo, on a été épargné par la pluie toute la journée, par contre le vent est resté fort entre 6 et 7 Beaufort de secteur sud-sud-est.

Le vent a soufflé fort toute la nuit avec des rafales régulières à 37 nœuds, dimanche matin le vent n'a pas faibli, la météo prévoit du vent fort jusqu'à mercredi.

Un voisin de ponton m'a dit que cela faisait plus de trois semaines que les coups de vent s'enchainent, la semaine dernière un voilier a démâté dans le port en y arrivant pour s'abriter du mauvais temps. Dans son malheur, il était, parait-il, presque content que ce soit arrivé dans le port !

 

La collision incroyable au large de la Corse !!
La collision incroyable au large de la Corse !!
La collision incroyable au large de la Corse !!

La collision incroyable au large de la Corse !!

les galettes de fuel dans le port des Saintes Maries
les galettes de fuel dans le port des Saintes Maries
les galettes de fuel dans le port des Saintes Maries

les galettes de fuel dans le port des Saintes Maries

Le chargeur Cristec bourré d'électronique !
Le chargeur Cristec bourré d'électronique !

Le chargeur Cristec bourré d'électronique !

Une des dix manades qui courait dans la ville
Une des dix manades qui courait dans la ville

Une des dix manades qui courait dans la ville

Voir les commentaires

De l'Alsace en Camargue

30 Septembre 2018 , Rédigé par Jeannine et Claude Publié dans #La préparation du bateau

Fin août, j'ai pris la route en direction de l'Alsace, pour les vendanges 2018 chez mon beau-frère. Nous venions de passer un week-end fort sympathique avec, Sandrine, la nièce de Jeannine et sa petite famille à bord du bateau.

Avant de quitter les Saintes Maries de la Mer, Georges un ami de ponton m'a demandé de lui ramener du vin d'Alsace que je lui avais fait gouter !

Les vendanges sont toujours un moment fort pour moi, il y a tellement de choses à apprendre sur le métier des viticulteurs.

J'ai passé trois semaines à vendanger, à la main, du raisin pour produire le Crémant, ce vin à bulles qui rivalise aujourd'hui à juste titre avec le Champagne.

Puis ce fut le tour des AOC et des Grands Crus. Pour ma part je n'ai pu que vendanger les Pinots gris. J'ai du quitter l'Alsace et ses vendanges pour cause de compromis de vente de ma maison !

Notre projet de départ en bateau se précise un peu plus avec la vente de ma maison et  j'en suis ravi !

Avant de partir ne surtout pas oublier de prendre le vin à ramener en Camargue pour mon ami Georges !

Passage en Savoie, le compromis de vente est signé, c'est une bonne chose de faite !

Nous voilà en route vers les Saintes Maries de la Mer pour passer ce week-end, de fin septembre, à bord de Gwendal.

C'est le grand beau temps en Camargue, 29 degrés, pas de vent, on se croirait en début d'été.

Quel bonheur de retrouver le bateau !

Je pensais que le chantier aurait finalisé la jupe que nenni ! Cela promet un échange passionnant avec le patron.

Sur l'aire de carénage, un magnifique Bavaria 44 est sur les bers, son safran est cassé en deux. C'est arrivé fin août, le propriétaire est allé cogner l'enrochement, qui sert de digue, en sortant de l'emplacement entre les Ducs d'Albes. D'après les commentaires de radio-ponton, le plus sage aurait été de laisser passer le coup de vent !!

Samedi 29 septembre, la météo nous annonçait une courte dégradation, on ne l'a pas vu et c'est tant mieux.

j'en ai profité pour changer le filtre à charbon actif, pour l'évent de la caisse à eaux noires, il était complètement dégradé.

Sur un bateau on trouve toujours une occupation, l'après-midi je me suis lancé, dans un travail pas des plus agréable, celui du contrôle des circuits d'évacuation des toilettes vers la mer et vers la caisse à eaux noires. J'ai démonté les deux vannes pour les nettoyer et les graisser. C'est incroyable cette formation de calcaire en réaction chimique entre l'urine et l'eau de mer. J'utilise du vinaigre blanc pour neutraliser ces dépôts, c'est assez efficace. Au port je rince aussi souvent à l'eau douce le circuit.

Je vais m'équiper d'un goupillon pour pouvoir nettoyer au mieux l'intérieur des tuyaux

La fin de week-end s'annonce déjà, après un très court passage en Ardèche, pour déposer Jeannine chez elle, je remonte vers la Savoie , il faut maintenant préparer le déménagement !

 

 

 

un safran à refaire !
un safran à refaire !

un safran à refaire !

De l'Alsace en Camargue
De l'Alsace en Camargue
le nettoyage des circuits d'évacuation des toilettes
le nettoyage des circuits d'évacuation des toilettes
le nettoyage des circuits d'évacuation des toilettes
le nettoyage des circuits d'évacuation des toilettes

le nettoyage des circuits d'évacuation des toilettes

Voir les commentaires

Souvenirs

18 Septembre 2018 , Rédigé par Jeannine et Claude Publié dans #navigation

Une belle navigation en mai 2018 et aujourd'hui des souvenirs plein la tête.

Cliquez sur le lien Youtube un peu plus bas.

Voir les commentaires

Le portique

17 Août 2018 , Rédigé par Jeannine et Claude Publié dans #La préparation du bateau

 

Pas facile de se décider pour tel ou tel portique, sans compter que les prix sont exorbitants !

N'ayant rien trouvé de satisfaisant, j'ai fait appel à mon fils François, le petit dernier, qui est ingénieur en construction naval.

Le cahier des charges du portique, qu'il soit agréable dans la ligne du bateau, qu'il intègre les balcons arrières, qu'il porte des panneaux solaires, qu'il relève l'annexe avec son moteur.

François a réalisé un premier plan répondant à toutes ces exigences. Nous avons fait un gabarit grandeur nature que nous avons monté sur le bateau. L'ensemble était séduisant mais quelque chose que je n'arrivais pas à définir me gênait !

J'ai, quand même, fait coter la réalisation par des artisans spécialisés en marine, j'ai cru m'étouffer en découvrant les devis.

J'ai fini par trouver le défaut qui me gênait, c'était cette impression de cage que l'on aurait à l'arrière du fait de la grande jupe du bateau.

Au hasard des rencontres sur le net, j'ai croisé l'aventure autour de l'atlantique, d'une famille qui est possède un Sunkiss équipé d'un portique fixé entièrement sur le tableau arrière.

Nous avons échangé via les réseaux sociaux et ils m'ont communiqués quelques informations et une photo pour moi précieuse. Un grand merci à Constance et Guillaume du Sunkiss Gytan.

Mon fils, François a repris ces informations et m'a réalisé un nouveau projet. Oublié l'intégration des balcons qui alourdissaient la première structure en projet.

Ce portique sera réalisé en Alsace par un ami spécialisé en soudure inox. Le portique sera en trois parties pour faciliter son transport jusqu'au bateau.

Je joins deux images 3D, une image des contraintes de structure et deux plans en projeté en espérant que cela puisse servir à d'autres.

 

image 3 D avvec le bossoir refermé

image 3 D avvec le bossoir refermé

image 3 D avec le bossoir baissé pour prendre l'annexe

image 3 D avec le bossoir baissé pour prendre l'annexe

image des contraintes sur la structure

image des contraintes sur la structure

plan projeté 1

plan projeté 2

Voir les commentaires

Canicule en Camargue

6 Août 2018 , Rédigé par Jeannine et Claude Publié dans #navigation

 

Nous devions rejoindre les Saintes Maries dès le vendredi 3 août, finalement les alertes canicule et les alertes de circulation ont eu raison de nous. Nous sommes resté en Ardèche.

Nous avons pris la route le samedi à la fraiche et sommes restés sur la route nationale pour cause de bouchons sur l'autoroute. Incroyable, c'est le mot qui exprime le mieux ce trajet, nous n'avons pratiquement pas vu de voitures et avons mis seulement une demie-heure de plus que d'habitude, en économisant le coût du péage autoroutier !

Nous avons retrouvé Gwendal, notre bateau en milieu de matinée. La chaleur était déjà étouffante, pas de vent et une mer lisse comme un lac.

Nous avions amené un deuxième ventilateur que nous avons mis en fonction immédiatement, nous ne l'avons pas regretté.

Je m'etais fait une liste des quelques bricoles que je voulais faire.

J'ai commencé par la vidange du moteur en me disant que la chaleur serait plus forte dans l'après-midi. Après avoir fait tourner le moteur, nous avons ouvert la trappe du fond de cockpit pour accéder à la cale moteur. C'est un des gros avantage qu'à le Sunkiss. Cette année c'est une vidange simple sans changement de filtre.

Nous avons ensuite réalisé le branchement du shunt pour la batterie du propulseur. Heureusement que nous avions déjà passé le câble ! Il me restait  à confectionner un bout de câble avec deux cosses pour relier le shunt à la batterie. Jeannine m'a assisté pour les opérations de soudure. Après avoir branché tous les câbles nous avons pu constater sur l'écran du contrôleur de batteries que tout fonctionnait

Dimanche matin après une belle balade les pieds dans l'eau, nous avons fait des inventaires.

Nous avons vérifié le matériel de sécurité selon la réglementation, nous allons compléter notre équipement de longes et de sous-cutales de harnais. J'ai téléchargé les mises à jour des documents nautiques obligatoires.

Nous avons également vérifié la trousse à pharmacie que nous allons mettre en conformité à la réglementation et ne servira que pour un éventuel contrôle. La composition de la trousse du bord étant de notre seule responsabilité.

Les réserves alimentaires n'ont pas échappé à ce moment d'inventaire. Si on n'est pas organisé, on finit par oublier ce qui est en réserve à bord et on achète tel ou tel aliment avec le risque d'en voir d'autre se périmer avec la date limite de consommation. Pour ma part je tiens un fichier de stock sur excel, cela facilite grandement l'élaboration de la liste des courses.

En fin d'après-midi nous sommes allés boire un pot en ville. La chaleur était toujours accablante.

Nous avons repris la route nationale lundi matin pour cause d'anniversaire de la petite fille de Jeannine en Ardèche.

On revient voir Gwendal le week-end prochain avec les neveux Alsaciens, mais cela est une autre histoire.

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Le safran du Sunkiss

2 Août 2018 , Rédigé par Claude Publié dans #La préparation du bateau

 

Comme tous les bateaux, le Sunkiss a quelques points de faiblesse.

J'en ai répertorié trois qui sont souvent évoqués sur différents forums et qui peuvent poser de réels problèmes. J'ai pu en vérifié deux sur mon bateau.

Le premier est celui des hublots de roof, la visserie est en aluminium, comme la quasi totalité de la visserie de cette époque dans les chantiers nautiques. L’oxydation de ces vis entrainent des fuites sur ces hublots qui, si elles ne sont pas traitées sérieusement, finissent pas dégrader les boiseries intérieures du carré.

L'idéal est de démonter ces hublots pour changer la visserie et de refaire les joints.

Pour Gwendal c'était trop tard, l'ancien propriétaire a trainé à régler ces infiltrations. Il a du faire condamner les ouvertures en les résinant. J'ai habillé de teck le roof à l'emplacement des anciens hublots.

Le deuxième défaut et sans conteste le plus grave, à mes yeux, est celui des cadènes de bas-haubans. Certains propriétaires ont vu la rupture de leur mât à cause de l'arrachage de cette cadène. La dimension de la contre-plaque a été sous estimée !

Sur Gwendal cela avait déjà provoqué la déformation du pont, l'ancien propriétaire a fait poser une contre-plaque en U en remplacement de celle d'origine.

Le troisième défaut et non des moindre également est celui du safran.

Il s'agit là de la rupture des soudures entre mèche et pattes inox. Il y a trois pattes qui assurent la rotation de l'ensemble du safran avec la mèche. Compte-tenu de la taille du bateau et des forces en présence sur cet appendice, on ne peut pas dire que la conception de ce montage d'origine soit une pleine réussite !!

Plusieurs propriétaires ont relaté l'histoire du safran qui ne répond plus, que ce soit sur les Sunkiss 45 ou 47 pieds !!

Cela est arrivé encore récemment à Constance et Guillaume, propriétaires de Gytan, un Sunkiss 45, lors de leur tour de l'Atlantique avec leur trois enfants.

Pour la réparation ils ont bénéficié du plan de fabrication du safran, pour pouvoir atteindre les soudures des pattes et de la mèche.

C'est Anne-Laure, propriétaire du Sunkiss 45, Io Orana, qui a réussi à obtenir ce plan du chantier Jeanneau.

Anne-Laure m'a autorisé à les publier sur ce blog pour en faire profiter les propriétaires de Sunkiss, un grand merci à elle, même si on espère ne jamais en avoir besoin !

La réparation du safran est un véritable chantier que vous pourrez constater sur les photos que Guillaume du Sunkiss Gytan m'a autorisé à publier.

Vous trouverez aussi, un peu plus bas, un lien pour découvrir leur aventure familiale.

Pour Gwendal, nous ferons vérifier ces soudures du safran par échographie lors de la prochaine sortie de l'eau.

 

 

Le plan du safran du Sunkiss du chantier Jeanneau

Le plan du safran du Sunkiss du chantier Jeanneau

la contre-plaque en U sous la cadène des bas-haubans

la contre-plaque en U sous la cadène des bas-haubans

Le safran du Sunkiss Gytan
Le safran du Sunkiss Gytan
Le safran du Sunkiss Gytan

Le safran du Sunkiss Gytan

le safran du Sunkiss Gytan
le safran du Sunkiss Gytan
le safran du Sunkiss Gytan

le safran du Sunkiss Gytan

le safran du Sunkiss Gytan prêt à être remonté

le safran du Sunkiss Gytan prêt à être remonté

Voir les commentaires